SansFiltre

by Empo & G-Zus

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

1.
04:27
2.
3.
4.
5.
03:48

about

Été 2004, entre Toulouse et Bretagne. SansFiltre c’est deux potes de lycée, Empo au micro, G-Zus aux synthé et sampleur. Des morceaux enregistrés d’une traite, musique et paroles en même temps, système D, sans filet. Des textes qui oscillent entre engagement, fête et introspection. Des instrus tour à tour sombres et sautillantes.

credits

released August 31, 2004

Prod by G-Zus

tags

license

all rights reserved

about

Empo Paris, France

Ni East Coast ni West Coast. Hip-hop Low Cost.

contact / help

Contact Empo

Streaming and
Download help

Track Name: Anastasie
A l'heure où j'écris cette chanson
119 journalistes croupissent en prison
A l'heure où tu m'écoutes, garçon
Ce chiffre a sûrement augmenté, rien de bon à l'horizon

Anastasie est toujours bien vivante
Elle anesthésie les âmes insouciantes
Anastasie n'est pas morte
Ainsi que l'amnésie qui l'escorte

Des journalistes mis sur écoute
Des procédés qui me dégoûtent, me déroutent
Une transparence que je mets en doute
Il faut stopper ces pratiques coûte que coûte
Tu parles de liberté d'expression mais des pressions
Sont exercées sur les médias, j'en ai l'impression
C'est pas qu'une impression, non ! non !
En France sévit une sournoise répression
Printemps 2002, les télévisions
Associatives sont interdites d'émission
Pendant la durée de la période électorale
Le CSA impose ses décisions dictatoriales
C'n'est pas un cas isolé, la liste est longue
Trop souvent se profile d'Anastasie la silhouette oblongue
Reporters sans frontières dit non ! non !
SansFiltre dit non à cette sale oppression
Des journaux condamnés pour offense
A un chef d'Etat étranger, mieux vaut être rangé
Plutôt que de donner sa version des faits
Qu'elle soit fausse ou vraie, et d'en faire les frais
Des procès à huis clos dont la presse
Ne peut pas rendre compte, et l'Etat nous raconte
Ce qu'il veut, mais quand passe-t-il aux aveux ?
Quand les stylos savent souligner leurs bévues
La censure frappe et c'est encore un abus
Qu'on ne me dise pas qu'Anastasie ne vit plus
Quand en Amérique, un dessinateur politique
Doit s'autocensurer pour ne pas se faire à l'ordre
Par la Maison Blanche
Anastasie demeure et la liberté calanche

Anastasie est toujours bien vivante
Elle anesthésie les âmes insouciantes
Anastasie n'est pas morte
Ainsi que l'amnésie qui l'escorte

Anastasie t'endort
Et tu te souviens de plus rien comme après une ecstasy
Anastasie fait naître l'amnésie
Qui garantit à la tyrannie de moins en moins d'insoumis
Quand les médias n'ont pas le droit de contester
Le peuple n'a pas matière à protester
L'Etat s'en tire bien, qui peut le détester
S'il prive la masse des infos qui font manifester ?
Le peuple est ainsi cultivé, la propagande comme engrais
Maintenu dans l'ignorance, terrain fertile de tous les excès
Le temps n'est pas très loin où on pratiquait les autodafés
Aujourd'hui en Chine, on ferme les cybercafés
Aujourd'hui en Chine, un journaliste ne peut pas taffer
Librement sans la menace d'être enfermé
Dans leurs camps de rééducation, ouais
Lavage de cerveau, anesthésie de la raison
Mais y'a pire encore, reporters torturés à mort
Directeurs de journaux assassinés car trop retors
Photographes abattus, tombés sous les balles des militaires
Véritables battues dirigées par les ministères
Putain c'est insensé et c'est pas qu'une simple censure
De plus en plus fréquentes sont les taches de sang sur
Des feuilles de papier à peine noircies
Et cette signature : Anastasie

Anastasie est toujours bien vivante
Elle anesthésie les âmes insouciantes
Anastasie n'est pas morte
Ainsi que l'amnésie qui l'escorte
Track Name: La peau du Christ
Allez, on va faire un p'tit tour dans l'passé
Pour parler de religion et des atrocités
A trop citer d'exemples, on pourrait y passer la journée
Mais en oublier un, c'est oublier combien d'opprimés ?
Primo : les croisades et leurs cortèges de tueries
Furie dans les rues de Jérusalem
Pour la cause sacrée, massacrer n'est plus un blasphème
Le sixième commandement est bafoué, amen !
"Tu ne tueras pas", au temps de l'Inquisition
Précepte occulté au nom d'une mission
Combattre les hérésies et résister est fatal
La colombe devient chacal
Des guerres de religion à n'en plus finir
Les monarques s'amusent, les religieuses soupirent
Pire ennemi de la paix, le pape attise les tensions
Et n'entend pas son Dieu agoniser derrière les canons
Puis viendront les colons, les missionnaires en Son nom
Se livreront à de violents exactions
Evangélisation barbare aux Amériques
Ricochet sur l'Afrique, et le Christ panique

La peau du Christ livrée chez vous en 24 heures
Eglise et associés, la terreur à domicile
Homicides, génocides, demandez le catalogue
La peau du Christ est en soldes

C'est la chasse aux prophètes, Mahomet, prends garde à toi
Les hommes ont eu la peau du Christ, t'es l'prochain sur la liste
Et chaque bombe islamiste, chaque balle intégriste
Chaque geste fanatique est un supplice pour Allah
A la limite du Coran, d'Ramallah à Oran
Drames à la chaîne, furie dans les rues de Jérusalem
Les kamikazes déchaînent leur haine
L'amour du prochain n'est plus qu'un blême emblème
Pas d'problème quand il s'agit de lapider une femme
De la charia on applique le blâme infâme
Ne lâchant rien je rapplique : est-ce ça l'islam ?
Si c'est ça l'islam, que je me fasse imam
Aïcha, ton tchador n'suffit pas à cacher ta détresse
Ton malaise, voilée parmi ces autres filles aux longues tresses
L'infériorité de la femme est consacrée
Dans tous les écrits sacrés, dans tous les écrits sacrés
Ségrégation, discrimination, persécution
Sont les trois mamelles de la religion
Tolérance sacrifiée sur l'autel de vos croyances
Priez, fidèles, pour la divine clémence

La peau du Christ livrée chez vous en 24 heures
Eglise et associés, la terreur à domicile
Homicides, génocides, demandez le catalogue
La peau du Christ est en soldes

Péché caché jusque dans les évêchés
Le démasquer dans les mosquées, Moïse git dans un bosquet
Débusquer le mal, le traque comme un animal nuisible
Qui se terre là où il est le moins prévisibile
Risibles sont les paisibles défenseurs de la Bible
Ce sont des enfants que certains prennent pour cible
Pourtant pas d'pédophile dans les Evangiles
La vigilance est de mise, l'équilibre fragile
La kippa sous le képi, l'un copie les kapos
En face, l'autre au keffieh, c'est kif-kif, même topo
Pas d'issue à cette guerre israélo-palestinienne
Tueries, furie dans les rues de Jérusalem
L'histoire se répète, c'est toujours les mêmes schèmes
Les mêmes chimères, les même schismes, tout le monde dit shalom
Mais tout le monde fait d'la lèche à l'homme qui prêche la haine
L'histoire se répète et c'est toujours la même peine

La peau du Christ livrée chez vous en 24 heures
Eglise et associés, la terreur à domicile
Homicides, génocides, demandez le catalogue
La peau du Christ est en soldes
Track Name: Pigs in Space
Départ de Toulouse, petite pause à Paname
Changement d'train et dans quelques heures, Amsterdam
A peine arrivées, elles arpente le macadam
Padam-padam padam, padam-padam padam
Ce sont deux copines qui, pour oublier les exams
Ont opté pour Amsterdam, vous vous doutez messieurs-dames
De ce qu'elles y recherchent, mais n'en faisons pas à un drame
Padam-padam padam, padam-padam padam
Emeline et Jessie, c'est ainsi qu'elles s'appellent
Arpentent les ruelles de la ville où se mêlent
Les parfums de la mer du Nord mais aussi les senteurs sensuelles
Qu'exhalent les coffees où se pressent nos demoiselles
Et moi au même moment, au fin fond de ma Bretagne
Je passe du bon temps même sans mariejeanne
C'est pas qu'les crêpes me suffisent, mais j'oublie pas la tise, gazier
Je concrétise mes œnologiques analyses
C'est alors qu'je reçois une carte postale des Pays-Bas
Représentant deux cochons tirant sur deux gros joints
Point de doute là-dessus, ce sont les filles qui m'envoient
Leur bonjour d'Amsterdam, padam-padam padam

Salut Bibi, c'est très bien ici
A part qu'il y a d'la pluie, c'est très bien la nuit
Et aussi dans les coffees
Emeline et Jessie

Et dans le port d'Amsterdam, y'a pas qu'des marins chantent
Y'a pas qu'des marins qui boivent, y'a aussi des Français sur la pente
Qui bédavent des spliffs de super-skunk-sinsemilia
Quoi ? Répète pas ça deux fois, ramènes-en moi sista
Et de beedees en Bee Gees, de coffee shop en coffee shop
On oublie peu à peu le goût de la clope
Purple weed et psylo remplacent les Marlboro
Népalais, afghan, ou comme devenir accro
Et la nuit, dans le quartier rouge
Dans les vitrines, des mannequins qui bougent
Ecœurées, les filles vont boire une bière dans un bouge
Là un toxico leur parle derrière un verre de rouge
Il dit : "J'ai perdu mon âme, mesdames, à Amasterdam
Dans la came, dans les femmes, allez j'me taille à Rotterdam
Ouais j'ai perdu mon âme, mesdames, à Amsterdam"
Padam, padam, padam-padam

Salut Bibi, c'est très bien ici
A part qu'il y a d'la pluie, c'est très bien la nuit
Et aussi dans les coffees
Emeline et Jessie

Tu connaissais "Coke en stock", ici c'est shit en stick
Mais arrivent le moment où Emeline et Jessie s'quittent
Jessie rentre à Marseille tandis qu'Emeline, sur mes conseils
Prend le train pour Brest avec plein d'merveilles
Dans des sachets transparents, cette semaine on part en
Voyage au firmament, des putains d'bons moments
Bienvenue en Bretagne, quant au matos qui t'accompagne
Faut qu'on l'crame, padam-padam padam
Faut qu'on l'crame en souvenir d'Amsterdam
En souvenir de cette année passée à s'défoncer l'crâne
Bretagne, Toulouse, Amsterdam, c'est le même ramdam
Padam-padam padam...

Salut Bibi, c'est très bien ici
A part qu'il y a d'la pluie, c'est très bien la nuit
Et aussi dans les coffees
Emeline et Jessie
Track Name: La vie en kaki
J'aime pas l'bruit des bottes, j'aime pas l'cliquetis des armes
J'aime pas la couleur du sang, j'aime l'goût des larmes
J'aime l'amour, la vie, la joie comme chacun je crois, quoi
Pourquoi dans ce cas des gars marchent au pas ?
J'aime pas le coups d'feu, j'aime pas les maisons en flammes
J'aime pas les gosses morts dans les bras des femmes
J'aime la paix comme chacun sur cette Terre
Pourquoi dans ces cas mes frères obtempèrent ?
J'aime pas vos hécatombes, j'aime pas qu'un homme tombe
J'aime pas vos bombes et vos mines antipersonnelles
Comme chacun j'aimerais voir une colombe s'élever dans le ciel
Pourquoi dans ce cas a-t-elle du plomb dans l'aile ?
J'aime pas vos armes chimiques, j'aime pas vos armes atomiques
J'aime pas vos stratégies, non, j'aime vos tactiques
Ne ressentez-vous pas la même chose ? Pourquoi avez-vous choisi
De faire de votre vie un film en kaki ?

La vie est loin d'être un acquis
Donc si le monde prend les armes, moi je prends l'maquis
La planète, un champ d'mines, la faute à qui ?
Je n'veux pas voir la vie en kaki

Troquer mon baggy contre un uniforme kaki
Jamais d'la vie, treillis camouflage, mauvais présage
Remplacer par des Rangers ma paire de Puma, t'es fou ou quoi ?
Me battre contre des gars que j'connais pas
Obéir à des ordres que récuse ma conscience
Ne pas poser de question, aveugle confiance
Risquer ma vie pour des causes qui me dépassent
Faut-il que pour leurs intérêts je trépasse ?
Respecter la hiérarchie, le cerveau en léthargie
Marcher, charger, champ de vision pas très élargi
L'esprit anesthésié par des années d'obéissance
Des corps mutilés comme seules réminiscences
Souvenirs rouge sang sous un soleil étourdissant
Des nuits blanches à ressasser ces images, sommeil éblouissant
Le matin, réveil la peur au ventre et les yeux cernés
"Engagez-vous", on vous a bernés

La vie est loin d'être un acquis
Donc si le monde prend les armes, moi je prends l'maquis
La planète, un champ d'mines, la faute à qui ?
Je n'veux pas voir la vie en kaki

La solution ne viendra pas de l'Etat
La solution viendra de toi et toi et toi
Refuse le combat, l'existence est dans la résistance
Pas dans celle des armes mais dans celle que tu opposes quand tu penses
Réfléchis par toi-même, n'attends pas leurs injonctions
Prône la désertion au mépris des sanctions
Une mutinerie à l'échelle planétaire
Je caresse un doux rêve, plongez vos mains dans sa crinière
Et toi, avec ton uniforme vert
Quelles sont tes motivations ? A croire que tu préfères
Aux rires des enfants les cris de leurs mères
Les cris de leurs mères

La vie est loin d'être un acquis
Donc si le monde prend les armes, moi je prends l'maquis
La planète, un champ d'mines, la faute à qui ?
Je n'veux pas voir la vie en kaki
Track Name: Dangereux
Quand mon instinct oscille entre la crainte et l'envie
Quand dans mes poches mes poings se crispent et la violence m'envahit
Quand la lumière des lampadaires faiblit
Quand le bitume encore chaud libère des vapeurs abruties
Quand mon index croit sentir la résistance d'une gâchette
Quand les hommes sont des ombres aux heures où le sexe s'achète
Quand la ville transpire son bonheur d'être imparfaite
Quand les jeunes sont des ombres aux heures où dorment les estafettes
Quand mon esprit se vide du passé, du futur
Quand un colleur d'affiches se fait exploser contre un mur
Quand mes certitudes d'homme civilisé se fissurent
Quand les cris des femmes qui jouissent rassurent
Quand ma tempe imagine le contact glacial du métal d'un canon
Quand les clochards cauchemardent sous leur amas de carton
Quand ma conscience oscille entre le mal et le con

C'est là qu'j'me sens dangereux...

Quand mon instinct oscille entre la crainte et l'envie
Quand les rues sont désertes aux heures où la vie a un prix
Quand mes dents se serrent, quand mon regard s'endurcit
Quand le gris des chats s'assombrit
Quand ma paume croit reconnaître la crosse d'une arme
Quand les derniers dealers écoulent leurs derniers grammes
Quand même Dieu renie nos âmes
Quand la haine semble être le seul sésame
Quand mon esprit oublie hier, demain
Quand les eaux du fleuve ont cet air malsain
Quand les quartiers transpirent un calme incertain
Quand mon entendement s'amenuise enfin
Quand mon œil cherche le viseur d'un flingue
Quand se brisent au sol les dernières seringues
Quand ma conscience oscille entre le mal et le dingue

C'est là qu'j'me sens dangereux...

C'est là qu'j'me sens dangereux, c'est là qu'une lueur folle
Brille au fond de mes yeux, après un stick de beuh
La ville change, la nuit s'allongent les ombres
Et mes songes se font sombres